Maison basse énergie

Maison basse énergie

La solution écologique et économique

Les maisons basse énergie font partie de notre offre depuis 2006. L'économie énergétique est une thématique particulièrement importante à nos yeux. Nos constructions sont parfaitement isolées et confèrent un coefficient plus avantageux que les normes en vigueur.

Ew : Une Nouvelle Norme

Dans un souci de toujours diminuer l'impact de l'activité humaine sur l'environnement, une nouvelle norme a vu le jour. Tenir seulement compte du coefficient d'isolation (K) était certes une bonne chose, mais il fallait aller au-delà. Le coefficient d'isolation « K » ayant été progressivement abaissé au fil des ans (de 55 à 45), il fallait aller plus loin encore. C'est ainsi qu'est né le facteur « Ew » qui exprime la performance d'un bâtiment en termes de consommation d'énergie.

Le « Ew » tient ainsi compte de :

  • L'isolation du bâtiment et donc de sa déperdition calorifique
  • La ventilation du bâtiment pouvant entraîner une déperdition calorifique ou une surchauffe due, en été, à des fenêtres exposées plein sud
  • du rendement de l'installation de chauffage et de la production d'eau chaude
  • du rendement des installations d'éclairage, d'énergie solaire et de refroidissement.

Le niveau « Ew » 100 est le niveau de base auquel doit prétendre chaque nouvelle construction. Comme pour le « K », plus la valeur est basse, mieux c'est. L'architecte calculera donc la performance énergétique de votre maison en tenant compte des facteurs énoncés ci-dessus. Comme il s'agit d'un coefficient global, certains points négatifs peuvent ainsi être compensés par des points positifs par ailleurs. Ainsi des grandes baies vitrées orientées plein sud peuvent être « compensées » par un vitrage de type « All season » et par des bannes solaires qui diminueront l'ensoleillement en été.

Isolation : Maisons Baijot y apporte ses solutions

1. Murs extérieurs

Réalisés en blocs de béton d'argex conférant ainsi un coefficient d'isolation idéale aux murs extérieurs, ceux-ci sont réalisés en plusieurs phases afin d'en garantir l'isolation parfaite. Les murs porteurs sont réalisés de l'intérieur en blocs de béton d'argex ; puis par l'extérieur, l'isolant est posé par plaques parfaitement jointives et sans pont thermique, tandis qu'est monté, toujours par l'extérieur, le mur de parement extérieur, laissant ainsi la coulisse de mur (lame d'air) parfaitement libre. Le rejointoiement est effectué plus tard encore parfaire l'étanchéité du mur.

Dans le cas de parement en crépi, il vous est aussi loisible d'opter pour la façade dite « isolante » telle qu'effectuée en Allemagne et au Grand Duché de Luxembourg. La technique prévoit le mur porteur en blocs d'argex, une isolation extérieure de minimum 16 cm en polystyrène expansé et le crépi réalisé directement sur l'isolant.

2. Toiture

Sachant que 30% de la déperdition de chaleur d'un bâtiment se fait par la toiture, Maisons Baijot prévoit, minimum 22 cm de laine minérale.

Pourvu d'un film pare-vapeur en aluminium, cette isolation est posée non compressée, garantissant ainsi son pouvoir isolant.

3. Menuiseries extérieures

Nos menuiseries extérieures sont pourvues de doubles vitrages à haute performance d'isolation thermique (valeurs K comprises entre 1.0 et 1.1 W/m2K). La porte de garage est de type sectionnelle isolée EPU40 et est composée de panneaux à double parois isolée à la mousse de polyuréthane.

4. Chapes

Maisons Baijot propose de base une chape d'isolation en mousse de polyuréthane projeté de minimum 12 cm d'épaisseur. La chape de finition au sable du Rhin qui recouvre la chape isolante est armée d'un treillis galvanisé, évitant ainsi les phénomènes de tassement.

Ventilation : Diverses possibilités

Il est essentiel de ventiler correctement votre maison. En effet, plus la maison est isolée, plus elle est étanche à l'air. Or, l'activité humaine produit beaucoup de vapeurs d'eau (respiration, cuisine, bain, …) favorisant l'apparition de moisissures, condensation, mauvaises odeurs, … Il est donc indispensable d'assurer une bonne ventilation de votre habitation.

Les 3 systèmes de ventilation admis par la loi sont :

  • Ventilation naturelle (système A, suivant la norme NN D50-001) au moyen de grilles d'admission réglables placées dans les murs extérieurs ou dans les menuiseries extérieures des locaux secs et de conduits d'évacuation dans les locaux humides, la circulation entre les pièces se faisant de manière naturelle via un espace laissé entre les portes intérieures et le sol.
  • Ventilation simple flux lorsque l'arrivée ou l'évacuation d'air est réalisée via un ventilateur. La circulation d'air est ainsi forcée. C'est système dit « C ».
  • Ventilation Double Flux, ou système « D ». C'est le meilleur moyen de ventiler votre maison et nous vous y encourageons, de même que la Région Wallonne qui vous octroie une prime. Ici, la ventilation est assurée via l'extraction mécanique de l'air vicié et l'insufflation mécanique d'air frais au préalable réchauffé par l'air sortant. Vous ne perdez pas ainsi les calories contenues dans l'air sortant. Quelques 95% en sont ainsi récupérés.

Astuce : couplez la ventilation double flux avec le puit canadien pour un rendement optimum, cela permet en outre de refroidir quelque peu l'air entrant en été.

Puit Canadien : Une idée intéressante

L'idée est de profiter de la température constante qui règne sous terre entre 1,5 et 2m de profondeur.

Un tuyau de PVC de 160mm est placé sur une longueur de 25 à 30m à une profondeur de +/- 1,5m. L'air extérieur y est aspiré via une tête de puit et est envoyé vers la maison.

En hiver, quand il fait froid dehors, l'air aspiré à 0°C se réchauffe et gagne environ 10°C avant d'entrer dans la maison ; et en cas de grand froid -15°C, l'air est réchauffé au environ de 1°C.

En été, l'air chaud de l'extérieur à 25 ou 30°C sera lui refroidi à une température de 15 à 17°C, agissant ainsi un peu comme une climatisation.

Le rendement est influencé par la nature du sous-sol (humide ou sec).

Astuce : couplez la ventilation double flux avec le puit canadien vous obtiendrez ainsi un rendement optimum en hiver.

Citerne d'eau de pluie : une option interressante pour économiser l'eau courante

Vu les coûts croissants de l'eau de distribution, il est intéressant de récupérer l'eau de pluie. En effet, près de la moitié de l'eau consommée est utilisée pour la chasse des wc, le lavage du linge et l'arrosage du jardin.

De plus, l'eau de pluie offre un triple avantage :

  • Economie de l'eau de consommation
  • L'eau de pluie étant naturellement douce, pas d'entartrage, moins de consommation de poudre à lessiver
  • Ecologique : préservation de la nappe phréatique, moins de produit lessiviel utilisé, d'où moins de rejet.

Il conviendra toutefois de filtrer correctement l'eau de pluie en amont de la citerne avec un pré-filtre qui empêchera les feuilles d'arbres d'entrer dans la citerne, mais aussi en aval avec un filtre fin qui stoppera les fines particules et un filtre à charbon actif, selon l'usage que l'on en fait. Cette eau n'est pas destinée à la consommation, sans quoi il faudrait la potabiliser.

La citerne d'eau de pluie en béton est la meilleure option par rapport au plastique, polyester ou métal car le béton est durable, stable, naturel et robuste. Il présente en outre l'avantage de neutraliser l'acidité naturelle de l'eau de part la chaux et la magnésie qu'il contient et qui rehausse le pH de l'eau. Il reminéralise aussi l'eau de pluie qui malgré cela reste 3 fois moins dure que l'eau de consommation.

En aucun cas le réseau d'eau de pluie de l'habitation ne peut être couplé au réseau public.

Certaines communes octroient une prime.

Astuce : Optez pour une citerne à eau de pluie de minimum 5.200l avec pré-filtre, groupe hydrophore, raccordez-y les WC et au moins un robinet extérieur pour arroser le jardin ou laver la voiture.

Panneaux solaires thermiques : source d'énergie gratuite

Ils convertissent la lumière en chaleur, permettant ainsi la production alternative d'eau chaude sanitaire. Si l'ensoleillement n'est pas suffisant, le boiler est couplé soit à une chaudière, soit à une résistance électrique qui suppléera au manque. Vous êtes ainsi assuré d'avoir toujours suffisamment d'eau chaude.

La taille du boiler (300L, 600L, …)dépendra de la composition de votre famille et du nombre de salle de bains de votre habitation.

Dans certains cas, il est possible de coupler le boiler à l'installation de chauffage même afin de chauffer en appoint la maison. Ce type d'installation nécessite un boiler de grande capacité (3.000L et plus) et est plus complexe.

Astuce : Vous pouvez aussi bénéficier de primes émanant des Pouvoirs Publics. Si votre budget ne permet leur installation immédiate, faites placer des gaines en attente, vous pourrez ainsi les faire placer plus tard sans avoir de soucis pour le passage des gaines et câbles tant en sous toiture que dans la maison.

Panneaux solaires photovoltaïques : produire son électricité

Ils transforment la lumière en électricité. Comme la fabrication a lieu principalement en journée, l'électricité produite va à la consommation des appareils ménagers ou autre. L'excédent est renvoyé vers le réseau public, faisant ainsi tourner votre compteur électrique à l'envers et générant ainsi une économie complémentaire.

Le coût d'une telle installation est assez conséquent et il est rare que le maître d'ouvrage en fasse l'installation immédiate. Comme pour les panneaux solaires thermiques, il est alors idéal de faire placer une gaine en attente pour installation ultérieure.

Chauffage : le choix des énergies

Gaz :

Que ce soit en ville ou à la campagne, le gaz est un excellent compromis et offre des solutions très intéressantes. Notamment grâce aux progrès technologiques, des citernes enterrées à double parois garantissent une sécurité maximale et un encombrement minimum. De plus, les chaudières à condensation proposées en standard chez Maisons Baijot se fixent directement au mur et produisent l’eau chaude sanitaire en continu, pour un coût très faible et un rendement de 108%. Le gaz est sans aucun doute un choix rationnel, économique, silencieux, sans odeur et très sécurisant.

Mazout :

Quoiqu'en disent certains, le mazout est encore une énergie intéressante. En variante, Maisons Baijot propose une chaudière Saint Roch basse température labellisée « optimaz » à corps de chauffe en fonte garanti 10 ans avec un boiler séparé inox. Gage d'un rendement intéressant.

Électricité :

Avec l'arrivée de la nouvelle norme, cette option est, selon nous, à proscrire dans le cas d'une habitation unifamiliale.

Autres énergies :

  • Poêle ou chaudière à pellets : Si le poêle à pellets constitue un chauffage d'appoint intéressant, la chaudière, elle, n'offre que peu d'attrait car son coût global n'est pas inférieur à celui d'une chaudière classique et le stockage des pellets n'est pas toujours facile.
  • Chaudière Bois : Pour celui qui produit son bois de chauffage et n'a pas peur de la manutention, d'une utilisation peu confortable et de la poussière.
  • Solaire : voir panneaux solaires thermiques.
  • Pompe à Chaleur : Voir ci-dessous.

Astuce : Faites installer un conduit de cheminée pour feu ouvert, vous pourrez ainsi placer soit une cassette (insert) ou un poêle à bois. Vous bénéficierez ainsi, outre du plaisir du feu de bois, d'un chauffage d'appoint idéal à l'entre saison qui vous permettra de retarder la mise en fonction de la chaudière, ou d'avancer sa fonction « été », avec de sérieuses économies à la clé.

Pompe à chaleur : eau, air, terre

La pompe à chaleur est une machine qui puise la chaleur dans le sol, l'air ou l'eau et la restitue à une installation de chauffage qui dans la plupart des cas est une installation de chauffage par le sol. C'est le principe du frigo inversé. Il y a consommation d'électricité, et plus l'écart est grand entre la température de la source de chaleur et la température souhaitée, plus il y a consommation d'électricité. En outre, certains systèmes peuvent s'inverser en été et avoir une fonction de refroidissement de la maison.

L'aquathermie :

On utilise ici la chaleur de l'eau, soit dans une nappe phréatique, soit dans une rivière, un lac, la mer …. Le volume d'eau doit être suffisant. Peu utilisé pour la maison unifamiliale. Presque irréalisable en Belgique.

L'aérothermie :

C'est l'air extérieur qui est en contact avec l'évaporateur de la pompe à chaleur. Ce système est aussi utilisé pour chauffer les piscines privées. Leur rendement dans nos contrées par grands froids n'est pas des meilleurs car la consommation d'électricité est quasi permanente.

La géothermie :

On enterre dans le sol un serpentin de tuyaux équivalent à environ 3 fois la superficie à chauffer. La chaleur du sol est ainsi récupérée pour chauffer la maison. La surface du jardin où est enterré ce serpentin devient quasi inutilisable (pas de plantations, piscine, …). Une autre solution est le forage. La profondeur est ici le maître atout et le rendement en est amélioré. Le coût du forage est toutefois plus élevé que celui d'un réseau horizontal.

Primes : les aides des pouvoirs publics

Il existe en Belgique une multitude de primes et abattement d'impôt Fédéral, Régional, Provincial, Communal.

Vous trouverez ci-joint le Tableau Synthétique des Primes "Tout public" 2008-2009 Ministère de la Région wallonne. Celui-ci vous guidera dans vos recherches.

Il existe aussi des primes provinciales, communal différente en fonction des lieux.

Recevez notre Newsletter& bénéficiez en avant-première de toutes nos offres

© 2017 Maisons Baijot, tous droits réservés | Plan du site | Offres d’emploi | Contact | Mentions légales | Portail